Brut: l’hôpital qui se fout de la charité

Il y a deux jours, Brut a sorti une vidéo relayant une info effrayante: dans 10 ans, une personne sur deux sera obèse.

Pas en sur poids. Obèse.

L’obésité est une maladie; dans dix ans, la moitié de la population en souffrira

Pouvez-vous vous représenter ce chiffre? Pouvez-vous comprendre à quel point la civilisation humaine fonce droit dans le mur?

Comme à son habitude, Brut reprend son ton à la fois alarmiste et moralisateur, s’adressant à son public comme à des débiles qu’ils sont pour la plupart. Un spécialiste parle des causes de l’obésité: a-t-on vraiment besoin d’être des savants pour savoir que la suralimentation, la malnutrition et le manque d’exercice physique sont à l’origine de ce mal?

Brut réussit à trouver une autre excuse: la pauvreté.

Dans une vision manichéenne, si l’on devient obèse, c’est avant tout parce que l’on est pauvre, et lorsque l’on est pauvre, on est obligé de manger de la merde. Le libre arbitre n’existe apparemment que quand des gamins de cinq ans « choisissent » de devenir transgenres…

Quand tu es pauvre, tu entres dans un magasin et un mec t’attend à l’entrée avec un couteau qu’il te met sous la gorge, t’obligeant à acheter des chips, des hamburgers, du coca, des pizzas congelés, des sandwichs emballés sous vide. La lame se ressert autour de cou lorsque tu te diriges vers les carottes, les poivrons et les champignons. Ce même mec te poursuit chez toi, te menace de son arme si tu oses mettre ton jogging pour aller courir, faire des étirements ou quelques pompes.

En plus d’infantiliser et déresponsabiliser son auditoire, Brut omet une cause clé de cette montée fulgurante de l’obésité: la propagande. Pas la propagande des médias, d’Hollywood, de Trump ou de l’extrême droit, mais sa propre propagande. Dans sa logique « interdit d’interdire », Brut n’a jamais hésité à être complaisant avec l’obésité. Mais Brut n’est pas un cas isolé. Combien de journalistes font la promotion de l’obésité, avec le fameux body-positivsme? Tous.

Je n’en dirai pas d’avantage, je suis excédé par cette hypocrisie et par les conséquences désastreuses qu’elle engendre. Regardez la vidéo, réfléchissez, et jugez par vous même.

Quoiqu’il en soit, voici notre futur: des générations d’obèses, de débiles et de dégénérés…

Publié par massivaaitsalem

Entrepreneur soucieux de se développer.

Un avis sur “Brut: l’hôpital qui se fout de la charité

  1. Bienvenue dans l’ère de la déresponsabilisation.

    Celui où les quêtes du goût de l’effort, de l’ivresse du combat et de la satisfaction de l’accomplissement ont complètement disparu.

    Nous n’avons plus que des droits, aucun devoir.

    Nous sommes consommateurs et nous réclamons. L’état-nourrice donne.

    Plus personne n’est responsable de sa situation. Nous vivons sous perfusion.

    Nous sommes dans l’illusion de combattre quelque chose en nous déclarons nous-mêmes oppressés.

    Victimes de maux dont les coupables sont tout trouvés; les autres.

    Ne sommes-nous pas notre pire ennemi ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :