Les femmes et les fleurs

Les femmes sont des coquettes fleurs

Que nous les hommes, arrachons.

Que nous importe leur pleurs,

Tant que nous les possédons?

Les larmes qui coulent sur vos joues

Sont semblables à la pluie qui abreuve les fleurs;

Vous poussez par le malheur

De vous être unies à nous.

Ils [les hommes] savent à la guerre mourir

Vous savez, seules, souffrir,

Et dans la chaleur de vos foyers,

Vous ne cessez de nous aimer.

Vous donnez la vie,

Quand nous ne savons que la prendre

Vous bâtissez des familles

Quand nous laissons derrières nous des cendres.

Ne soyez plus dupes, 

Car voici la vérité!

Vous qui marchez en jupes,

Découvrant vos jambes allongées.

Fleurs! nous vous aimons vestales

Et exigeons l’exclusivité,

Tandis que nous butinons par delà les vals,

Mille fleurs dans mille bouquets.

Publié par massivaaitsalem

Entrepreneur soucieux de se développer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :